«Feel vs Real»

Plusieurs s'interrogent sur ce qui différencie les joueurs d'élite du golfeur de niveau moyen. Mis à part le fait qu'ils aient gagné la loto de la génétique, après quinze ans d'enseignement du golf, je constate une différence majeure entre ces deux catégories de golfeurs: à quel point le golfeur est conscient que ce qu'il ressent peut être différent de ce que son mouvement est dans la réalité.


Pour mettre en lumière cette observation, je vous partage cette anecdote. Un élève me contacte et expose la problématique suivante : il dit hésiter entre trois swings et fais appel à moi pour l’aider à choisir le plus fonctionnel. Curieux, sceptique et amusé, je lui demande de s’effectuer. Il s’exécute et y va en alternance des ses swings Nicklaus, Palmer et Trevino. Nous prenons un moment pour analyser la vidéo de sa démonstration et à sa grande surprise, il est incapable de distinguer les trois swings : ils sont littéralement tous visuellement identiques. J’en discute ici avec Jake Hutt (52 :25).


Le golfeur de niveau moyen a habituellement beaucoup plus de difficulté à comprendre le fait que ce qu’il ressent est souvent loin de la réalité. Ce qui fait en sorte que la phase initiale d’un changement d’élan peut lui paraître une torture. «Alex, ce n’est pas naturel!»

Eh bien, c’est bon signe! Si ton élan «feel» naturel, j’ai le regret de t’annoncer qu’il n’a fort probablement pas changé.


La crème de la crème des joueurs d’élite jouent constamment avec leur ressenti afin de moduler leur élan. Vous n’avez qu’à regarder Tiger Woods, Jordan Speith ou Alex Noren au champ de pratique pour en avoir un aperçu.


Voici ce que Tiger Woods a à raconter sur le sujet 👇🏾



À l’aide de la technologie SportsBoxAI, j’ai fait l’exercice de comparer en 3D les élans de pratique aux élans réels de Tiger. Voici ce que ça donne 👇🏾



Tu veux t'améliorer? N’aie pas peur d’exagérer afin d’atteindre le résultat voulu.

141 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout